ONE SHOT #4 : There Will Be No More Night

02/12/21 – B-Ware! Ladenkino (Berlin)

CONSTRAIN by Antoine Fontaine, Galdric Fleury / 2020 / 11min


The character of this film tells the story of police repression in France, his place in society and his efforts to escape it. His movements are those of digitally captured dancers reinterpreting scenes of police attacks. Compared with the military notion of “theater of operation”, and without the aggressors ever appearing on the screen, this moving ensemble builds a portrait with multiple faces, whose suffering is the sum of all the violence perpetrated by the French state and its police.

 

 

THERE WILL BE NO MORE NIGHT by Éléonore Weber / 2020 / 75min


The character of this film tells the story of police repression in France, his place in society and his efforts to escape it. His movements are those of digitally captured dancers reinterpreting scenes of police attacks. Compared with the military notion of “theater of operation”, and without the aggressors ever appearing on the screen, this moving ensemble builds a portrait with multiple faces, whose suffering is the sum of all the violence perpetrated by the French state and its police.

KODEX 2020

KODEX 2020

documentary film festival

 

Dear friends and documentary enthusiasts,

it has been a wild ride but the Virtual Festival is now online. Discover the full program and order your pass on Eventive, with the links below. There is only a limited amount available.

The nine exceptional documentary films will stream from the 10th to the 24th of December.

Cher.e.s ami.e.s amateur.e.s de documentaire, ce fût un véritable parcours du combattant mais l’édition virtuelle du festival peut enfin se tenir. Découvrez le programme et commandez votre pass sur Eventive grâce aux liens çi-dessous. Attention, le nombre de pass disponibles sera limité.

Ces neufs documentaires exceptionnelles seront visibles en streaming du 10 au 24 décembre.

 

Program / ProgrammePass

What you gonna do whan the world’s on fire ?

Roberto Minervini

Following hurricane Katrina, Louisiana’s Black community finds itself caught in between an increase in hate crimes and blatant policies of discrimination. Their struggle is symbolized in the form of four life stories (ranging from a Black Panther member to the Chief of the Mardi Gras Indians). Roberto Minervini has tied together their stories in his documentary to poetically paint a portrait of resilience and solidarity.

What you gonna do whan the world’s on fire ?

Roberto Minervini

Un an après la mort d’Alton Sterling, une chronique de la communauté Afro-américaine de Baton Rouge en Louisiane, durant l’été 2017, quand une série de meurtres violents agite le pays.
Une réflexion sur la question raciale, un portait intime de celles et ceux qui luttent pour la justice, la dignité et la survie dans un pays qui les maintient à la marge.

El Otro

Francisco Bermejo

Somewhere at the end of the world, where ocean and rocks play their endless games of hide and seek, lives a man. In his mysterious solitude, he is not alone. One day, remains of a white whale are washed by a storm on a beach. In this stranded portrait inspired by H. Melville’s masterpiece Moby Dick the director questions our inner reality and our own gaze on it.

El Otro

Francisco Bermejo

Quelque part au bout du monde, là où océans et rochers jouent à cache-cache, vit un homme. Pris dans une mystérieuse solitude, il n’est pourtant jamais tout à fait seul. Un jour de tempête, les restes d’une baleine blanche échouent sur la plage… Dans ce portrait d’un naufragé, inspiré par le chef-d’œuvre de Melville Moby Dick, le réalisateur interroge notre réalité intérieure et notre façon de la considérer.

Calabria

Jean-François Sauter

After the death of a calabrian emigrant who came to Switzerland to find work, two undertakers, Jovan and José, who are themselves emigrants, travel from north to south of Italy to repatriate the dead body into his home village. Jovan, a gypsy who was a singer in Belgrad, believes in life after death. While José, a Portuguese who is passionate about culture, believes only what he sees.

Calabria

Jean-François Sauter

« Calabria » est un road movie en corbillard. Après la mort d’un émigré calabrais venu travailler en Suisse, deux employés des pompes funèbres, Jovan et José – eux-mêmes émigrés – traversent l’Italie du Nord au Sud pour rapatrier le corps du défunt jusque dans son village d’origine. Jovan, un tzigane auparavant chanteur à Belgrade, croit en la vie après la mort, alors que José, un portugais passionné de culture, ne croit que ce qu’il voit.

Out of place

Friederike Güssefeld

Kevin, Dominik and David are working in the fields and buildings of local farming families in Romanian Transylvania. They are just three of hundreds of young Germans living in something known as “educational measures abroad”. In this programme, young people deemed to be “difficult” are sent to sites all over Europe to be brought back on track.

Out of place

Friederike Güssefeld

Ils l’entendent souvent : s’ils ne changent pas de trajectoire, Kevin, David et Dominik ne relèveront bientôt plus des travailleurs sociaux mais des gardiens de prison. Jugés trop « difficiles » pour les centres éducatifs allemands, les trois adolescents allemands sont envoyés en Roumanie. Exilés de leurs vies et de leur pays, ils partagent le quotidien et les tâches de familles paysannes, attendant que les progrès réalisés suffisent aux yeux des éducateurs qui les suivent, pour un retour, ou au moins une visite en Allemagne.

Midnight traveler

Hassan Fazili

Fateful developments and surprising twists in the lives of their protagonists are welcome ingredients for documentary filmmakers. But when the director and his family are themselves the protagonists in their own film, every threatening situation becomes a conflict of conscience. In 2015, a death threat from the Taliban saw Afghan director Hassan Fazili and his wife Fatima Hussaini, also a filmmaker, in exactly this situation. Together with their two daughters Nargis and Zahra, they flee from their homeland to distant Europe in search of safety.

Midnight traveler

Hassan Fazili

Lorsque les talibans mettent sa tête à prix, le réalisateur afghan Hassan Fazili, sa femme et leurs deux filles sont contraints de fuir leur pays. Leur crime ? Avoir ouvert un café proposant des activités culturelles. Pendant trois ans, Hassan Fazili filme sa famille et leur vie d’attente, de peur, d’ennui. Cinéaste sans autre caméra que son téléphone portable, il filme la lutte quotidienne qu’est devenue leur existence, ses filles qui grandissent dans des camps de transit, et l’amour qui les unit.

Just Don’t Think I’ll Scream

Frank Beauvais

The flow of images is endless, snippets of hundreds of feature films follow each other in rapid succession. For the entire duration of this found-footage essay, they illustrate the filmmaker’s voiceover narration, which is akin to a diary covering the period between April and October 2016 and is equally delivered at speed. After separating from his partner, with whom he moved to a remote part of Alsace years before, the filmmaker lives there in isolation, without a car, without a job, without a future.

Ne croyez surtout pas que je hurle

Frank Beauvais

Janvier 2016. L’histoire amoureuse qui m’avait amené dans le village d’Alsace où je vis est terminée depuis six mois. À 45 ans, je me retrouve désormais seul, sans voiture, sans emploi ni réelle perspective d’avenir, en plein cœur d’une nature luxuriante dont la proximité ne suffit pas à apaiser le désarroi profond dans lequel je suis plongé. La France, encore sous le choc des attentats de novembre, est en état d’urgence. Je me sens impuissant, j’étouffe d’une rage contenue. Perdu, je visionne quatre à cinq films par jour. Je décide de restituer ce marasme, non pas en prenant la caméra mais en utilisant des plans issus du flot de films que je regarde.

Small talk

Huang Hui-chen

Anu is a tomboy. Although she was married off at a young age – as was customary in Taiwan in the 1970s – and had two children, she quickly divorced her violent husband and brought up her daughters alone. Since then her only relationships have been with women who, like her, earn a living as professional mourners at funerals. One of her daughters is filmmaker Hui-chen Huang. It’s considered taboo in Chinese culture to question a mother’s unconditional love, and yet this is exactly the topic of Huang’s intimate portrait.

Small talk

Huang Hui-chen

Anu est un garçon manqué. Bien qu’elle ait été mariée très jeune – ce qui était courant à Taïwan dans les années 70 – et avait deux enfants, elle a rapidement divorcé de son mari violent et a élevé ses filles seules. Depuis, ses relations ont été avec des femmes qui, comme elle, gagnent leur vie comme « pleureuse » professionnelle aux funérailles. Une de ses filles est la réalisatrice Hui-chen Huang. Dans la culture chinoise, remettre en cause l’amour inconditionnel d’une mère est considéré comme tabou et pourtant, c’est exactement le sujet du portrait intime d’Huang. 

Anerca

Johannes Lehmuskallio & Markku Lehmuskallio

Markku Lehmuskallio has devoted a large part of his documentary work to the indigenous people of the Arctic Circle. In this latest film, co-directed with his son Johannes Lehmuskallio, he composes a fascinating poetic ethnography inspired by the singing, dancing, forms of contemporary existence and, above all, the vital breath of these nomad communities mistreated by History.

Anerca

Johannes Lehmuskallio & Markku Lehmuskallio

Markku Lehmuskallio a consacré une grande partie de son œuvre documentaire aux peuples autochtones du cercle arctique. Dans ce dernier film, co-signé avec son fils Johannes Lehmuskallio, il compose une fascinante ethnographie poétique inspirée par les chants, les danses, les formes d’existence contemporaine, et surtout, le souffle vital de ces communautés nomades malmenées par l’Histoire.

Ayi

Aël Théry & Marine Ottogalli

Ayi is fifty years old. She has witty eyes and long black hair falling down her back. She comes from a rural area of Eastern China and doesn’t have the residential permit that would allow her to work in Shanghai. Yet, she has been cooking in the streets for twenty years, in an old neighbourhood soon to be demolished. The film unveils the chaos of an ultra-modern city aiming to wipe out so-called substandard practices and to deport an unwanted population.

Ayi

Aël Théry & Marine Ottogalli

Ayi a 50 ans, des yeux rieurs, des cheveux qui lui tombent en bas du dos. Elle vient d’une province rurale de l’est de la Chine et n’a pas le permis de résident qui lui permettrait de travailler légalement à Shanghai.
Pourtant, ça fait 20 ans qu’elle cuisine dans la rue, au cœur d’un quartier de Shanghaï voué à une destruction imminente. Ayi et les femmes qui l’entourent bataillent pour gagner leur vie et éviter les Chengguan, la police municipale.

KODEX #04: AUGENBLICK 2019

// Festival Augenblick 2019 – Les 30 ans de la chute du mur //

EDITO – Les maçons ont du travail

Alors que nous célébrons la chute d’un mur, d’autres durent, sont planifiés, se construisent, physiquement ou symboliquement. À la frontière des États-Unis et du Mexique, de l’Inde et du Pakistan, dans la Méditerranée, au Royaume-Uni, à Chypre, en Corée, en Hongrie, dans nos esprits avant tout. Quand l’ouverture du rideau de fer posait les bases d’une Europe unie, aujourd’hui c’est sa constante remise en question et son lent effondrement dont nous sommes témoins.

Connaitre et comprendre notre histoire afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs, cela passe par un exercice de mémoire. Et à en croire les cinéastes qui constellent cette sélection documentaire, ce sont les archives et récits personnels qui parviennent le mieux à dépeindre le tableau de l’Histoire, puisqu’elle est composée de récits individuels.

Chez Thomas Heise, l’exploration méticuleuse d’archives familiales et leur juxtaposition, dans une fresque fascinante composée de sublimes images en noir et blanc capturées au cours de traversées de l’Allemagne et l’Autriche d’aujourd’hui, permet au documentariste de retracer dans Heimat ist ein Raum aus Zeit, l’histoire allemande du siècle dernier, sur quatre générations. Avec Rabbit à la Berlin, Piotr Rosolowski et Bartek Konopka nous racontent le mur tel qu’il est vécu par les uniques gagnants de sa construction : les lapins à qui le mur a octroyé, quarante ans durant, un habitat où ils sont devenus des témoins privilégiés de la marche de l’histoire. Peu avant la chute, Helke Misselwitz interroge dans Adieu l’hiver les femmes qu’elle semble rencontrer spontanément lors de ses voyages aux quatre coins de la RDA, qui se dévoile alors sous un autre jour. Et enfin près de trente ans après la Chute du Mur, Werner Herzog rencontre dans Meeting Gorbachev, celui qu’il questionne avec une admiration non dissimulée. Il dévoile dans un entretien auquel s’entremêlent films d’archives et voix-off iconique du réalisateur, le témoignage humain et franc d’un homme politique dont l’influence sur le mouvement de l’histoire mondiale est « monumentale ». En espérant que dans 30 ans on ne célèbre pas l’érection de ces nouveaux murs.


Le 09/11 à l’Odyssée

Winter Adé réalisé par Helke Misselwitz – RDA / 1989 / 115min

Peu avant l’effondrement de la RDA, Helke Misselwitz voyage en train d’un bout à l’autre du pays, interrogeant des femmes est-allemandes d’âges et de milieux divers. Elles lui dévoilent leurs frustrations personnelles et professionnelles, leurs espoirs et leurs aspirations – et, ce faisant, dessinent le portrait d’une société en mutation.


 

Le 17/11 au Star Saint-Exupéry

Heimat ist ein Raum aus Zeit réalisé par Thomas Heise – Allemagne, Autriche / 2019 / 218min

Thomas Heise a longtemps travaillé sur ce film, où il évoque son histoire familiale au travers des bouleversements de l’Allemagne du XXe siècle. Le film sillonne le paysage allemand pour en restituer son essence intime. Dans le contexte d’un pays autrefois divisé, puis réunifié, la narration de l’histoire de la famille du cinéaste s’apparente à une recherche de références géographiques et topographiques. Toute l’histoire de l’Allemagne est retracée à travers la perspective d’un pays, la RDA, qui n’existe plus.


 

Du 10/11 au 23/11 aux Cinéma Le Florival / Star St-Exupéry / Bel Air / EPIC / Cinéma Amitié

• Rabbit à la Berlin réalisé par Piotr Rosolowski & Bartosz Konopka – Pologne, Allemagne / 2009 / 51min

Chassés de partout, les lapins de garenne se retrouvent enfermés entre de hauts grillages lors de la création du Mur de Berlin en 1949. Un vrai refuge : préservés des prédateurs par des sentinelles qui les surveillent 24h/24, ils ont à leur disposition de l’herbage à foison et des abris antichars pour se protéger du soleil. Même s’ils ont un comportement étrange, les hommes ne leur tirent plus dessus. Jusqu’au jour où quelques rebelles décident de creuser sous le Mur.


 

Du 14/11 au 23/11 aux Centre culturel Claude Vigée / Cinéma la Passerelle / Cinéma Le Florival / Star St-Exupéry / Mega CGR / Bel Air

• Meeting Gorbachev réalisé par Werner Herzog – Royaume-Uni, Allemagne, USA, Autriche / 2018 / 90min

Sur une période de six mois, Werner Herzog s’entretient à plusieurs reprises avec Mikhaïl Gorbatchev, ancien président de l’Union Soviétique désormais âgé de 87 ans. Ils parlent de politique, immanquablement, des six ans durant lesquels l’homme russe a siégé à la tête de l’URSS, de perestroïka et de glasnost, et de la réunification également, puisque c’est un aspect plus étroitement lié à la biographie du cinéaste qui a grandi dans l’Allemagne d’après-guerre.


KODEX #03: FEFFS 2019

// Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg 2019 //

Le 20/09 au Star Saint-Exupéry

Ne croyez surtout pas que je hurle réalisé par Frank Beauvais – France / 2018 / 75min

Janvier 2016. L’histoire amoureuse qui m’avait amené dans le village d’Alsace où je vis est terminée depuis six mois. À 45 ans, je me retrouve désormais seul, sans voiture, sans emploi ni réelle perspective d’avenir, en plein cœur d’une nature luxuriante dont la proximité ne suffit pas à apaiser le désarroi profond dans lequel je suis plongé. La France, encore sous le choc des attentats de novembre, est en état d’urgence. Je me sens impuissant, j’étouffe d’une rage contenue. Perdu, je visionne quatre à cinq films par jour. Je décide de restituer ce marasme, non pas en prenant la caméra mais en utilisant des plans issus du flot de films que je regarde.


KODEX #02: Berlin

Le 30/05 au B-Ware! Ladenkino

• Over the limit réalisé par Marta Prus -Pologne, Allemagne, Finlande / 2017 / 74min

Une plongée dans le système russe d’entrainement des athlètes de haut niveau et ses méthodes très particulières. Un système efficace, mais transgressant toutes les limites. Rita Mamun, concourant en GRS (gymnastique rythmique et sportive), arrive à un moment crucial de sa carrière mais, sur le point de prendre sa retraite, il lui reste un but à atteindre : remporter l’or olympique. Nous suivons les drames vécus en coulisse qui accompagnent un travail physique et mental acharnés, pour un sport fondé sur l’esthétique.

 

Archaikus torzó réalisé par Péter Dobai – Hongrie / 1971 / 31min

Un jeune homme de vingt ans marie culturisme  et lectures philosophiques afin d’affronter la vie et ses traumatismes.

 


Le 31/05 au B-Ware! Ladenkino

Field Niggas réalisé par Khalik Allah – USA / 2014 / 60min

Extérieur nuit, au coin de la 125e et Lexington Avenue, Harlem. Khalik Allah y filme ceux qu’il rencontre, leurs récits jetés, scandés, leurs invectives, les gestes, capte les corps et les visages. Noirs dans leur très grande majorité. D’une figure à l’autre se dessine un portrait collectif, épique, où voix et corps disjoints construisent l’espace polyphonique d’une destinée commune.
(Nicolas Féodoroff, FIDMarseille 2015)

 


// FOCUS PIOTR ROSOLOWSKI //

Le 01/06 au B-ware Ladenkino (En présence des réalisateurs)

The art of disappearing réalisé par Piotr Rosolowski & Bartosz Konopka – Pologne / 2013 / 50min

En 1980, Amon, un prêtre vaudou haïtien, est invité en Pologne par le metteur en scène Jerzy Grotowski. L’expérience de ce nouveau pays et le souvenir de ses ancêtres, des déserteurs polonais de l’armée de Napoléon qui contribuèrent à libérer Haïti de l’esclavage, inspirent à Amon un sentiment de reconnaissance. Il devra aider les Polonais. Un récit visionnaire et des images d’archives racontent la chute d’un régime.

 

The Prince and the Dybbuk réalisé par Piotr Rosolowski & Elwira Niewiera – Pologne / 2017 / 82min

Qui était Moshe Waks, fils d’un pauvre forgeron juif d’Ukraine, décédé en Italie en tant que prince Michał Waszyński? Était-il une star de cinéma, un fraudeur rusé ou un homme qui ne pouvait pas distinguer film et réalité?

En tant que réalisateur et producteur hollywoodien, Waszyński a tourné plus de 40 films et collaboré avec de grandes stars du cinéma, notamment Sophia Loren, Claudia Cardinale et Orson Welles.
Véritable obsession du réalisateur, « The Dybbuk »  (« Between Two Worlds »), qu’il réalise en 1937 se base sur une légende juive dans laquelle une jeune femme est hantée par l’esprit (« dybbuk » en yiddish) de son premier amour. Étant non seulement l’un des films yiddish les plus importants et les plus mystiques de tous temps, il reflète également la vie personnelle de Waszyński en tant qu’homme sans repos, riche de nombreux secrets et d’histoires inédites.

Suivant les traces de Waszyński en Pologne, en Ukraine et aux États-Unis, en Italie, en Israël et en Espagne, Elwira Niewiera et Piotr Rosołowski nous entraînent dans la vie d’un caméléon humain, changeant constamment de noms, de religion, de titres et de pays afin d’écrire sa propre histoire comme s’il s’agissait d’un film.

 


// FOCUS PIOTR ROSOLOWSKI //

Le 02/06 au B-ware Ladenkino (En présence des réalisateurs)

Domino Effect réalisé par Piotr Rosolowski & Elwira Niewiera – Pologne, Allemagne / 2014 / 76min

Natasha, chanteuse d’opéra, quitte son mari et sa fille en Russie pour rejoindre Rafael, ministre des Sports d’Abkhazie, pays situé en Géorgie et actuellement reconnu par cinq États. Dans un décor de station balnéaire décrépite sur la côte de la mer Noire, cette comédie documentaire, aussi affectueuse qu’ironique, entrelace la complexité d’une histoire d’amour à la torpeur d’un État isolé.

 

• Rabbit à la Berlin réalisé par Piotr Rosolowski & Bartosz Konopka – Pologne, Allemagne / 2009 / 51min

Chassés de partout, les lapins de garenne se retrouvent enfermés entre de hauts grillages lors de la création du Mur de Berlin en 1949. Un vrai refuge : préservés des prédateurs par des sentinelles qui les surveillent 24h/24, ils ont à leur disposition de l’herbage à foison et des abris antichars pour se protéger du soleil. Même s’ils ont un comportement étrange, les hommes ne leur tirent plus dessus. Jusqu’au jour où quelques rebelles décident de creuser sous le Mur.

 


Le 03/06 au Kino Central

Manuel de libération réalisé par Alexander Kuznetsov – France / 2016 / 80min

Une histoire de la province sibérienne. Des filles passent directement de l’orphelinat à un internat neuropsychiatrique, privées de tous leurs droits de citoyennes : pas de liberté, pas de travail, pas de famille. Le parcours pour conquérir ces droits, face à l’effrayante bureaucratie institutionnelle russe, est long et difficile. Parfois, quelqu’un y arrive, mais la nouvelle liberté est alors un saut dans le vide… (Luciano Barisone)

 


Le 04/06 au Kino Central

Becoming animal réalisé par Emma Davie & Peter Mettler – Suisse / Royaume-Unis / 2018 / 78min

Un élargissement de la conscience par le cinématographe, et sans effets secondaires indésirables. Le film nous fait percevoir la nature d’une façon nouvelle et nous fait comprendre que les êtres humains que nous sommes ne peuvent exister que dans un échange constant avec la nature. Les réalisateurs Peter Mettler et Emma Davie nous entraînent dans un voyage en immersion profonde en compagnie du philosophe et épistémologiste David Abram.

 


Le 05/06 au Kino Central (En présence du réalisateur)

La Liberté réalisé par Guillaume Massart – France / 2017 / 146min

Prison « ouverte » située en Corse, Casabianda accueille 130 hommes qui souvent terminent de longues peines pour des crimes sexuels intrafamiliaux. Alors que l’idée préalable était de partir d’une observation de ce singulier territoire d’enfermement, le cinéaste a adopté une forme et un geste différents. Plutôt qu’un arpentage, La Liberté est un « film conversé » où le cinéaste invente, dans de longues séquences, une parole avec des détenus. Cette attitude ne poursuit pas l’idée de rédemption – là n’est pas la question du film –, mais l’invention d’un chemin par les mots. Les itinéraires diffèrent, le déni en est un, tandis que certains saisissent le film pour avancer, faisant de la parole un territoire possiblement émancipateur. (AH – Festival Entrevues)


 

KODEX #01 : Berlin, we will doc you !

Le 3/12 à 20h au Moviemento Kino

Braguino réalisé par Clément Cogitore – France/Finlande – 2017 – 49min

Braguino est un voyage photographique et filmique à la recherche d’une « communauté impossible », recluse au cœur de la forêt en Sibérie. Au milieu du village : une barrière sépare les Braguine et les Kiline. Vivant recluses en autarcie au bout du monde, les deux familles se sont brouillées, se haïssent et refusent depuis plusieurs années de se parler. Entre la peur des bêtes sauvages, du feu qui détruit tout, et la joie offerte par l’immensité de la forêt et de ses ressources, enfants et adultes tentent tant bien que mal de vivre ensemble : un projet politique à l’épreuve de la taïga.


Le 4/12 à 20h au Kino Central

Eldorado XXI réalisé par Salomé Lamas – Portugal/France – 2016 – 125min

Eldorado XXI est un cut-up cinématographique à la réalité ethnographique mystérieuse et envoûtante.
Il a pour décor la plus haute ville du monde, La Rinconada y Cerro Lunar (à 5500 mètres d’altitude), dans les Andes péruviennes. C’est l’histoire d’une illusion qui conduit des hommes à leur autodestruction. Bien que mus par des intérêts communs, ils utilisent des outils et des ressources similaires à ceux des temps anciens.


Le 5/12 à 20h au B-ware Ladenkino

Kinshasa Makambo réalisé par Dieudo Hamadi – France/Congo/Suisse/Allemagne/Qatar/Norvège – 2018 – 70min

Janvier 2015 : malgré l’interdiction de la Constitution, le Président Kabila brigue un troisième mandat. La rue, menée par de jeunes leaders, s’embrase et la répression fait plusieurs dizaines de morts. Mais le gouvernement renonce à modifier la constitution et prend conscience de la menace que ces mouvements représentent.
Entre lutte et impuissance, trois jeunes activistes se battent pour la tenue des élections en décembre 2016.


 

 

KODEX #00: AUGENBLICK 2018

// Festival Augenblick 2018 – Focus documentaire Autrichien //

EDITO – Le regard incisif

Le cinéma documentaire autrichien a su s’imposer sur la scène mondiale comme l’un des plus fascinants et intransigeants.

Quand des réalisateurs comme Sauper, Wagenhofer, Geyrhalter ou encore Seidl scrutent minutieusement les perversions de leurs concitoyens ou de la globalisation, le mode de vie des autrichiens et de l’occident en général forme la matière première d’une cinématographie nationale foisonnante. Dans un grand écart entre l’intimité de leurs pairs et la marche du monde capitaliste, les cinéastes n’ont jamais détourné le regard, ni ceux de leurs spectateurs. Ils dévoilent ainsi sans détour les ravages du système économique actuel à l’étranger, ses conséquences sur la politique nationale, sur les institutions et sur les valeurs qui rassemblent les autrichiens.

Dans la lignée de ces documentaristes exigeants, les cinéastes que nous vous présentons dans cette section, Ruth Beckermann, Michael Glawogger et le duo Christian Krönes – Florian Weigensamer, ont su se démarquer par les identités visuelles et narratives distinctes qui façonnent leurs films.

Tandis que Beckermann, de sa voix-off mélodieuse, mène le spectateur à travers une investigation politique, composée d’images d’archives et de prises de vues personnelles dans La Valse de Waldheim, Glawogger laisse les mots se substituer à de sublimes images pour donner à La Mort du travailleur toute la force d’évocation qui en fait un film grandiose. Chez Krönes et Weigensamer, les paroles des protagonistes de Welcome to Sodom s’entremêlent habilement aux images spectaculaires d’un abysse inexploré. Eux aussi, à leur manière, interrogent les conséquences d’une mondialisation en marche sur ses acteurs et ceux qui en payent les frais.


 

Le 08/11 au Star St-Exupéry ( En présence de Christian Krönes )

Welcom to Sodom réalisé par Christian Krönes & Florian Weigensamer – Autriche / 2018 / 92min

Smartphone, PCs, Ecrans : 250 000 tonnes de carcasses électroniques rejetées par de lointaines sociétés numérisées atterrissent chaque année dans une immense étendue vaseuse aux portes de la capitale du Ghana, qui constitue l’une des plus grandes décharges électroniques au monde. Surnommée Sodome, elle est le lieu de vie et de travail de milliers de personnes qui respirent les fumées toxiques des déchets qui s’enflamment. Au cœur de ce lieu apocalyptique, ce film nous mène à la rencontre des personnages les plus créatifs qui soient.


 

Le 13/11 au Star Saint-Exupéry ( En présence du monteur, Dieter Pichler )

La Valse de Waldheim réalisé par Ruth Beckermann – Autriche / 2018 / 93min

En 1986, armée de l’une des toutes premières caméras vidéo, Ruth Beckermann filme dans les rues de Vienne les échanges entre partisans de Kurt Waldheim, l’ex-secrétaire général des Nations unies (1972-1981) qui se présente pour le parti des chrétiens-démocrates (ÖVP), et les opposants à sa candidature, qui font valoir que ses états de service de lieutenant de la Wehrmacht, qu’il a longtemps cachés, font de lui le complice de crimes contre l’humanité.


 

Le 21/11 au Star Saint-Exupéry

La mort du travailleur réalisé par Michael Glawogger – Allemagne, Autriche / 2005 / 122min

La classe des travailleurs existe-t-elle encore ? Les travaux de forçats disparaissent-ils, ou deviennent-il simplement invisibles à nos yeux ?
La mort du travailleur invite le public à la rencontre des travailleurs du 21è siècle : ils risquent leur vie dans les mines illégales d’Ukraine, extraient du soufre sur un volcan actif d’Indonésie, portent les carcasses du plus grand abattoir du Nigeria, démantèlent un immense cargo au Pakistan, ou œuvrent dans l’industrie métallurgique chinoise en espérant un avenir meilleur. Pendant ce temps en Allemagne, des hauts-fourneaux désaffectés se transforment en parc d’attraction.


Édition #14 : Voyage en Italie

Invité : Giona A Nazzaro, Délégué Général de la Semaine de la Critique au Festival International du Film de Venise, programmateur et curateur pour Vision du réel (Nyon, Suisse). Il fait partie du conseil d’administration du Syndicat National de la Critique Cinématographique Italienne (SNCCI). Également journaliste de cinéma et écrivain, auteur de plusieurs livres et essais sur le cinéma Hongkongais et les films d’actions post-modernes.

La boca del Lupo réalisé par Pietro Marcello – France/Italie – 2009 – 79min

Enzo a passé la moitié de sa vie derrière les barreaux d’une prison. Multirécidiviste, le gangster Sicilien y a pourtant trouvé l’amour, et une forme de salut, grâce à la poésie. C’est son portrait que dessine Pietro Marcello, restitué par bribes, comme autant de morceaux d’une vie brisée, et celui de cette population marginale des quartiers Génois de Croce Bianca, Via Prè, Sottoripa, dédale de ruelles coupe-gorge. C’est aussi le récit d’une histoire d’amour hors du commun, nourrie de la longue attente d’un paradis simple où l’on peut enfin vivre ses moments perdus.

Dal Profondo réalisé par Valentina Pedicini – Italie – 2013 – 70min

Ce film rend compte de la vie de mineurs sardes qui se battent pour leurs droits, face à la menace de perdre leur emploi. En explorant l’existence infernale d’ouvriers oubliés des médias autant que du grand public, la réalisatrice Valentina Pedicini parvient à capter une beauté atonale, troublante, à l’aide d’images minutieusement travaillées qui célèbrent la résilience d’êtres humains.

Calabria réalisé par Pierre-François Sauter – Suisse – 2016 – 116min

« Calabria désigne autant un espace géographique réel (une région du Sud de l’Italie) qu’imaginaire : un « heimat » où seraient enfouis les rêves d’enfant et qui subsisterait, jusqu’au trépas, à l’état de trace ineffaçable dans la mémoire d’un travailleur immigré italien, mort en Suisse, dont les archives inaugurales content l’histoire ordinaire : celle de l’exil économique intra-européen. La dépouille de cet homme, dont nous venons d’imaginer la vie, José, d’origine portugaise et Jovan, un Rrom serbe, deux employés des pompes funèbres de Lausanne, sont chargés de la convoyer jusqu’en Calabre, là où son existence a commencé. Pour les deux compères, débute un road-movie drôlatique aux accents faulkneriens (Tandis que j’agonise), qui recourt à la technique du split screen pour transformer le corbillard en scène de théâtre. Et dans ce décor ambulant, les deux immigrés se découvrent petit à petit, plaisantent, éprouvent leurs différences, mais surtout ce qui les rapproche intimement du cadavre avec lequel ils voyagent : la commune condition de s’être, un jour, déracinés. » (Emmanuel Chicon)

 

Upwelling réalisé par Silvia Jop & Pietro Pasquetti – Italie – 2016 – 77min

Messine, en Sicile, a élu un nouveau maire bouddhiste. Pour une fois, les vieux politiciens ont perdu, provoquant un déferlement d’espoir et d’énergie. Autour du nouveau maire, on tente de repenser la ville selon des principes écologiques. De nouvelles méthodes et valeurs pour les actions politiques quotidiennes sont à l’étude. Alors, tandis que le maire se bat contre les camionneurs qui ne peuvent plus traverser le centre ville, d’autres s’engagent dans diverses activités. Une jeune femme occupe un bâtiment public. Des musiciens jouent sur la plage. Un homme marche dans la ville, comme perdu. Un autre, tente de s’adapter à cette nouvelle réalité. Quand tout à été dit ou fait, l’unique espoir en politique est l’utopie. Le film de Silvia Jop et Pietro Pasquetti réinvente le film politique militant mais lui donne un nouveau visage en s’intéressant à l’effondrement des idéologies traditionnelles. Une comédie surréaliste sur le besoin de changer. (Giona A. Nazzaro)

 

 

 


 

 

Édition #13 : Portraits politiques

A l’heure de la fuite en avant et des débats télévisuels, prenons un peu de temps et de recul pour nous intéresser aux points de vue des cinéastes. Pour cette nouvelle édition, l’équipe des Kings of Doc vous propose deux soirées d’exception autour de quatre films fondateurs du cinéma documentaire de portraits politiques, signés par de très grands réalisateurs.

Général Idi Amin Dada : autoportrait réalisé par Barbet Schroeder – France – 1974 – 87min

Commandant en chef de l’armée ougandaise à partir de 1964, le général Idi Amin Dada ravit le pouvoir au président Obote en 1971, par un coup d’État. Il se fait nommer président à vie en 1976. Le film de Barbet Schroeder, qui ne semble à aucun moment juger ou prendre parti, révèle le pouvoir tel que l’incarne cet homme n’hésitant pas à jouer son propre rôle et à mettre en scène son gouvernement devant la caméra. Tour à tour naïf ou lucide, drôle ou inquiétant, illuminé ou sûr de sa force physique et de sa mission, Idi Amin Dada effraie et déconcerte.

1974 une partie de campagne réalisé par Raymond Depardon – France – 1974 – 90min

1974, une partie de campagne, titré à l’origine 50,81 %, est un film documentaire de Raymond Depardon sur la campagne de Valéry Giscard d’Estaing à l’élection présidentielle de 1974. Valéry Giscard d’Estaing, alors ministre de l’Économie et des Finances, se lance dans une campagne « à l’Américaine ». Raymond Depardon suit le fringant candidat à la présidentielle. Il est partout : dans sa DS, dans son hélicoptère, dans les réunions avec son équipe de campagne, dans ses meetings, dans son bureau quand Giscard attend seul les résultats du second tour. Raymond Depardon capte des instants rares et historiques de la classe politique Française.Réalisé en 1974 sur commande du futur président, le film fut longtemps censuré et ne fut diffusé pour la première fois que le 20 février 2002. Inspiré par le cinéma direct américain, Depardon accepta ce travail sans rémunération, seul l’ingénieur du son était payé.

Primary réalisé par Robert Drew, Richard Leacock & Donn Alan Pennebaker – USA – 1960 – 53min

Le film relate, sous la forme d’une chronique au jour le jour, la campagne du futur président Kennedy et du sénateur Humphrey pour les élections primaires du Wisconsin.
On suit les candidats pas à pas dans leurs visites aux électeurs, les trajets en voiture, les meetings publics. Leur affrontement à la télévision est vu des coulisses et à travers les réactions de leur entourage, particulièrement Jacqueline Kennedy.
Le film se termine sur la joie du couple et du clan Kennedy après la victoire de J. F. K. dans cette primaire qui fut décisive pour la suite.

Visionner la bande-annonce ici

Le cas Pinochet réalisé par Patricio Guzmán – Belgique/Chili/France – 2001 – 109min

Le mardi 22 septembre 1998, le général Augusto Pinochet s’envole vers Londres pour un voyage d’agrément. Là-bas, il se repose quelques jours, prend le thé avec Margaret Thatcher. Il a l’intention de se rendre à Paris mais de subites douleurs de dos l’obligent à se faire opérer dans une clinique de Londres. À son réveil, il est arrêté par la police. Que s’est-il passé ?

Édition #12 : Les affaires sont les affaires

Eugène Cabana le Pétrolier réalisé par Jeanne Delafosse & Camille Plagnet – France – 2014 – 59min

Chronique de la débrouille, manuel de survie en « PPTE » (Pays Pauvre Très Endetté), Eugène Gabana le Pétrolier raconte une certaine jeunesse pauvre aujourd’hui à Ouagadougou, Burkina-Faso, à travers le quotidien d’Eugène, petit « affaire man » de quartier qui tente de se faire une vie entre petites embrouilles et grande débrouille.

JJA réalisé par Gaëlle Boucand – France – 2012 – 50min

« JJA sont des initiales. Voici donc le portrait de ces initiales : JJA au jardin, JJA dans son transat sur son balcon, dans son bureau, dans sa salle de bain. JJA, en somme, et sa solitude. C’est sa vaste demeure en Suisse, baptisée « Rosebud », qui sert de décor unique, tel est le parti de Gaëlle Boucand. Mais si, comme le Kane de Welles, l’esseulement paraît son lot, cet écrin désert se remplit en revanche d’un flot incessant de paroles. De quoi est-il question dans ce huis-clos ? De récits d’affaires – nombreuses, compliquées à débrouiller, d’arnaques financières dont il a été victime. Et le voilà à dérouler ses réussites, d’évoquer, fataliste, ses déboires avec ses avocats, ses partenaires financiers, sa précédente épouse, les commerçants locaux qui l’ont repéré comme évadé fiscal. Il soliloque, se souvient, nous fait part de ses obsessions numérologiques, de son rapport à l’argent, aux oeuvres d’art, à l’aménagement intérieur, de l’installation d’un poulailler, devise ample sur le cours du monde autant que sur des anecdotes. Son verbe ne tarit jamais. Filmé en cadres fixes, en intérieur et en extérieur, il entame un raisonnement ici, le conclue là, sans jamais y mettre de point final. Ecart, diffraction kaléidoscopique de cette voix et de ce corps comme disjoints. On l’aura compris, JJA, malgré cette confession à voix haute, reste une énigme ; mais un autre portrait, à distance, s’esquisse : celui d’une forme de pouvoir, du verbe et d’un homme assuré d’un certain ordre par son propre discours. »(Nicolas Féodoroff, FIDMarseille 2012)