Édition #10 : Making-of

Pour cette édition anniversaire Kings of Doc rend hommage au cinéma de fiction ! 4 films, 4 déclarations d’amour. L’envers du décor, la création à l’état brut, le mensonge en mouvement, les conflits radicaux, des histoires – toujours – de vies et de morts. Une chose est sûre, les documentaristes savent parler de cinéma !

Filmstripe réalisé par John Blouin – Canada – 2O12 – 18min

Branle-bas de combat dans la cabine d’un cinéma : la pellicule s’est emmêlée en pleine séance ! Pas de temps à perdre pour le projectionniste, il faut réparer à tout prix avant le changement de bobine. Avec sang-froid, il explique les gestes à son apprenti, anecdotes à l’appui… Une véritable « performance » en un seul plan séquence, hommage plein de passion et de malice à un métier en voie de disparition.

Au cœur des ténèbres : a filmmaker’s apocalypse réalisé par Eleonor Coppola & Fax Bahr – USA – 1992 – 96min

En février 1976, Francis Ford Coppola part pour les Philippines tourner son huitième film Apocalypse Now. Il s’installe dans la jungle avec sa famille, et toute son équipe. Le tournage démarre le 1er mars 1976. Il est prévu pour seize semaines. Il s’achèvera le 21 mai 1977. Francis Ford Coppola avait demandé à sa femme, Eleanor, de réaliser un documentaire sur le tournage du film. Afin de l’étoffer, elle décide en plus de tenir un journal, et d’enregistrer leurs conversations. Ce qu’elle a rassemblé constitue un témoignage aussi fascinant que le film lui-même. L’histoire d’un metteur en scène, et d’une équipe, confrontés à d’invraisemblables problèmes humains, techniques et logistiques, qui mettront leurs vies et leurs nerfs, à rude épreuve. Durant un an et demi, au cœur de la jungle, le réalisateur et son équipe vont, comme le capitaine Willard dans le film, être amenés à tester leurs propres limites, physiques et surtout mentales. Un typhon qui détruit la majorité des décors, une guerre civile qui paralyse le tournage, l’acteur principal victime d’une crise cardiaque, un dépassement de budget que le metteur en scène doit financer lui-même, l’histoire de ce tournage est étrangement similaire au sujet du film : un voyage au bout de soi-même…

Ennemis intimes réalisé par Werner Herzog – France/Allemagne – 1999 – 95min

Klaus Kinski est terrassé par une crise cardiaque le 23 novembre 1991, à l’âge de soixante-cinq ans. Werner Herzog ne se rend pas immédiatement compte que son ami a disparu, ce n’est qu’une annonce, des mots qu’il ne parvient pas à incarner. C’est seulement lorsqu’il répand ses cendres dans le Pacifique qu’il comprend que Kinski n’est plus. Malgré tout, il le sent toujours à ses côtés ; et en 1998, il sent si fortement sa présence qu’il sait que c’est le moment d’évoquer leur aventure commune, leur amitié, leur collaboration, leur haine.

Tarr Béla, I Used to Be a Filmmaker réalisé par Jean-Marc Lamoure – France – 2013 – 85min

Maître méconnu du cinéma contemporain, Béla Tarr réalise entre 2008 et 2011 Le Cheval de Turin qu’il annonce comme son dernier film. S’appuyant sur des images d’archives réalisées durant le tournage de cet ultime opus, ce documentaire propose une rencontre avec le cinéaste hongrois entouré de ses complices de création avec qui il travaille depuis trente ans. Au présent d’un contexte sociopolitique hongrois extrêmement préoccupant, ce film questionne le renoncement d’un artiste à créer, et son besoin viscéral de lutter.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code